La France et le Maroc à l’attaque du marché CEDEAO

Publicité

france maroc cedeao

Les bruits de bottes se font entendre. Et elles font trembler les industriels sénégalais et ivoirien. Et il y a de quoi. Le Maroc va bientôt entrer dans l’espace économique de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Il va ravager sur son passage tous les industriels présents dans la sous région.

C’est la première fois qu’une décision économique et politique aussi importante est prise sans qu’aucune analyse économique approfondie des impacts ne soit faite. Le Maroc s’est allié à la France pour pénétrer le marché africain, et le reconquérir. C’est le but de la visite du président français Emmanuel Macron au Maroc.

Il n’y a aucun hasard en politique.  L’économie française doit repartir. Et cela passera par la reconquête du marché africain. Macron va s’appuyer sur le Maroc. En invitant Macky Sall et Alassane Ouattara, le Président français souhaitait s’assurer que rien n’entraverait l’adhésion du Maroc dans l’espace CEDEAO. Auparavant, un accord de principe a déjà été donné pour cela à Nouakchott. Quelques jours plus tard, Macron fait le déplacement au Maroc. L’objectif est de négocier des accords économiques pour les industries françaises.

De plus, le président français va y déclarer: « nous devons nous appuyer sur nos amis marocains pour aller à la conquête de l’Afrique« . Ces mots sont plein de sens, surtout lorsqu’ils viennent de l’ancien colonisateur.

L’industrie marocaine est bien plus développée que celles présentes en Afrique de l’Ouest. Ainsi l’entrée du Maroc dans la CEDEAO lui permettra d’exporter ses produits avec un avantage compétitif. Le Maroc, qui a signé les accords de libre échange avec l’Europe. Et peut importer des matières premières du vieux continent sans payer de douane. Les produits marocains vont donc concurrencer des produits, qui eux, se sont acquittés de leurs droits de douanes. Une véritable aberration à laquelle les dirigeants n’ont vu que du feu.

Les membres de la CEDEAO muselés

Enfin, on s’interroge sur l’amateurisme des membres de la CEDEAO. Incapables de défendre leurs industries, et leurs propres intérêts. Des milliers d’emplois sont en jeux. Est-il possible qu’il n’est pas compris ce qui se tramait? Comment ont il pu être bercé aussi facilement? Selon certaines indiscrétions, la France aurait donné des gages pour éviter une dévaluation de la monnaie. L’Afrique Centrale, en proie à de fortes tensions de devises, pourrait faire l’objet d’une dévaluation. Ces gages permettraient à l’Afrique de l’Ouest de garder sa parité.

En outre, la France avait elle même refusé de signer les accords de partenariat économique (APE) avec le Maroc. Le roi du Maroc vient de dégoter un nouveau marché pour son tissu industriel. Et la France sera bel et bien à ses côtés pour en profiter. Et l’industrie ouest africaine sera bientôt un champ de ruines…

Partager

Comments

comments

Publicité

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire